Accueil Point de vue La musique traditionnelle dans le milieux urbains

La musique traditionnelle dans le milieux urbains

par Danny
0 Commentaire

Bien que le passé aide l’homme à tracer son avenir, la tradition qui est aussi un passé, aide l’homme à garder le bon et à apporter remèdes à des erreurs.

La musique traditionnelle, une musique de l’époque précoloniale ne se retrouve plus ou n’y trouve pas un grand nombre des adhérents Kinois. Mais nous devrions savoir que la musique traditionnelle désigne l’ensemble des musiques qui sont fortement liées ou associées à une circonstance, à une culture nationale ou religieuse, voire, à une aire géographique. Nous pouvons aussi comprendre que la musique traditionnelle est une musique qui est liée à la tradition, aux coutumes et à une civilisation donnée.

Un peuple sans histoire est un peuple mort, alors, pourquoi dans notre capitale, nous ne trouvons presque rien sur nos musiques d’autre fois, oui, il y a désintéressement de la population.

Le tshokwe

La rareté de la musique traditionnelle se fait même voir dans les orchestres de grande renommé de la capitale ou presque tout est modernisé par l’apport des techniques occidentales, qui ont apportées une grande influence sur nos cultures. Rares, sont ceux qui essaie de promouvoir ou d’émerger un instrument traditionnel même de son tribu ou ethnie à l’instar de Youssou N’dour qui essaie de ramener ou de montrer aux peuples voisins ou étranger, un peu de la culture de son pays et ceci à travers les mélodies, les rythmes et les instruments de musique et très souvent il chante dans sa langues maternelle. Nous pourrions aussi cité Papa Wemba, qui lui aussi, voulu un peu remonter un instrument traditionnel, LOKOLE, où nous remarquerons que dans la plupart de ses anciennes chansons, cet instrument ne manquait pas.

La musique traditionnelle en République Démocratique du Congo est entrain de se fondre, très négligée devient comme une chose inusitée, méconnaissable quant elle est exploitée par certains rare musiciens de la place.

Les grands fléaux qui caractérisent sont :

  • rareté de la représentation des groupes qui exploitent la musique traditionnelle
  • rareté de l’expression personnelle de l’artiste qui exploite un thème communautaire
  • Manque de composition qui exploite de thèmes traditionnels

Nous devons également savoir que ; la population même est ignorante de l’histoire de son ethnie, ignorante de sa tradition, comment pourrait elle être reconnaissable de sa musique traditionnelle ? Et voilà qu’un grand devoir s’offre à nous, d’essayer de mettre en valeur notre culture et aussi de notre musique fonctionnelle, de montrer son importance, ses différentes variétés, ses styles, ses rythmes, ses danses,…et par la suite en à comprendre certains expressions importantes. Ainsi ceux qui s’adonnent par désire à cette musique, exécutent certains de ces diversités, afin que le monde apprécie notre culture musicale à sa juste valeur.

Car nous pouvons dire que la qualité et la variété des styles est une abondance dans la production et fait de la musique un centre de richesse artistique exceptionnelle.

Aimons notre culture

culturecongo

Autres infos

Commenter

UA-51986614-1