Accueil 1 Tribu et coutumes : A la découverte de Chokwe dans l’espace Grand Kasaï, une source historique irréversible.

Tribu et coutumes : A la découverte de Chokwe dans l’espace Grand Kasaï, une source historique irréversible.

par Danny
0 Commentaire 172 vues

1) Situation géographique :

Chokwe est une tribu de l’Afrique australe, elle se trouve en Angola (Lunda Norte, Lunda Sul, Malanje, Muxico, Bie, Namibia, Kuato-Cubango) Congo RDC (Kasaï, Kwango, Kwilu et Lualaba), Zambie, Tanzanie, Malawi, Mozambique, Botwana et l’Afrique du Sud.

2) L’organisation politique

La cité chokwe est gérée par un « Mwatha » Chef qui, lui même est soumis à l’autorité de Mwene Mwa Chisenge le grand Souverain « Le Roi » Mwanangana.

Le chef ou Mwatha est gardien de la tradition, de la coutume et de la culture, il veille au respect des valeurs traditionnelles et applique les sanctions tant physiques que mystiques au récalcitrant après, bien entendu plusieurs avertissements.

3) L’économie

Le chokwe a excellé dans le commerce ce, à partir du XV e siècle, il a traité avec les arabes au début du XVe S puis avec les portugais, l’exploitation de l’or, du cuivre pour la fabrication de Lukhano symbole du Pouvoir et de la richesse…

4) La défense

Très fort dans l’art de la guerre, c’est ce qu’ils ont permis d’être une tribu très expansive ( presque dans tous les pays de l’Afrique australe), après de conquêtes, les guerriers plaçaient un Mwatha pour former un clan sur le territoire conquis.
Ce n’est pas pour rien il y a des généraux chokwe dans les armées congolaises, angolaises, zambienes et du Zimbabwe.
Parce que le Kachokwe aime la guerre et l’armée.

5) formation

a. Mukanda

C’est la première étape pour l’intégration de l’homme dans la société. A Mukanda on apprend le « Khata » les formules et les codes que je ne peux décoder ici, le jeune homme passe à la circoncision et on lui apprend à construire une case, une natte, à faire la chasse, à chanter, à danser à comment vivre avec une femme et fonder une « jiko » famille… Le « diplômé » de Mukanda (Ngalami) ne peut côtoyer le non initié (Chidima) c’est dans le but de motiver ce dernier à aller au prochain Mukanda. Un Chidima n’a pas droit de se marier, il ne peut être invité au conseil du village ni à la cour du Chef ou du Roi.

b. Chiwila

C’est pour les femmes. Au chiwila on sélectionne une catégorie de femmes préparaient à la principauté, à jouer le rôle de la Reine, ou de la gestionnaire de la cuisine de Mukanda et Mungonge « Na Chifa » une Na Chifa est une femme extraordinaire parce qu’elle a l’honneur de voir le Kandandji bien qu’au loin. (Parce qu’il expressément interdit au jeune au Mukanda de voir une femme ou d’être vu par une femme).

Au Chiwila on apprend à la femme comme au Mukanda, à chanter, à danser et à faire la pèche et à préparer les mets chokwe.

b) Mungonge

Là c’est réservé seulement à la lignée royale, à l’aristocratie, aux chefs des armées et les grands artistes. Parce que là-bas on apprend tous les mystiques et les secrets de l’environnement et de la nature ( la kathema, Ndjaji « foudre et toutes sortes des iphuphu « mystiques ») les forces immatérielles et surnaturelles.

6) Caractères ou les empreintes d’un Kachokwe

-Respect
-La sacralité de la femme  » kachokwe est matrilinéaire »
-La chasse
-L’honnêteté
-La loyauté au prix de la mort
-L’hospitalité
-La révérence à la royauté et à la chefferie
-La solidarité
-L’art ( la statue Mwana powo « Jeune fille » sur 50 franc congolais, symbole même du Franc congolais est chokwe, la musique et danse avec diversité des styles : Chiyanda, Chisela, Ihongo, muwango, muya, kandowa, chikaba etc)
Je parle chokwe, je danse le chiyanda, j’écoute nos chansons, qu’elles soient de l’Angola, Namibia, Tanzanie ou même Sasa chokwe RDC c’est le même rythme, la même mélodie, la même danse et le même style.

Le Kachokwe est proche ascendant de pende, de Mbala, de Yansi, de Kwesu de Yaka, de luena en Angola et présent dans 3 espaces linguistiques de la RDC : Grand Bandundu, Kasaï et Grand Katanga on assimile au Bayaka, au Baluba et au Baswahili.

La rédaction

Autres infos

Commenter

UA-51986614-1