Accueil 1 Salon des bruits de Kinshasa : Le festival fait de la dépollution sonore de l’environnement, son champ de bataille

Salon des bruits de Kinshasa : Le festival fait de la dépollution sonore de l’environnement, son champ de bataille

par Danny
0 Commentaire 182 vues

Les activités de la 5e édition du Festival International des Sonorités de Kinshasa, autrement dit Salon des Bruits de Kinshasa, se poursuivent, dans les installations de l’Institut Français de Kinshasa, Halle de la Gombe.

Des programmes variés et diversifiés pour permettre aux festivaliers de se faire une idée claire et précise sur la problématique relative à la nuisance sonore et d’en tirer une parcelle d’informations pédagogiques et nécessaires, afin de militer mordicus pour la dépollution sonore de l’environnement, sur l’ensemble de la ville-province de Kinshasa, point focal du déroulement du festival.

Après le lancement du festival intervenu mardi passé, les festivaliers ont pris part à deux activités majeures. Il s’agit du vernissage de l’exposition sonore “Écouter la ville” et la présentation du l’ouvrage “Brui-Crits”.

Ce qui est de l’exposition sonore, il est bon de retenir que “Écouter la ville” est une installation itinérante mêlant bruits et sons ou musiques photographiées dans les différents coins et recoins de la ville de Kinshasa. Tout se passe sous l’angle d’une rencontre auditive avec une ambiance sonore urbaine, à travers des dispositifs technologiques et un travail d’écriture.

Du fond en comble, Jovitha Songwa et Sharon Nimi, respectivement comédiennes, ont effectué la lecture-spectacle d’un extrait de l’ouvrage pour le bonheur de tous les festivaliers. “Brui-Crits”est une suite de textes sonores qui inclut neuf histoires ludiques tirés de l’environnement sonore kinois. Cette œuvre est écrite par un collège de différents auteurs francophones à l’instar de Guillaume Jan, Cécile Benoist, Sébastien Gayet, Abdoul I, Richard Ali, Bienvenue Séné Mongaba (D’heureuse mémoire), Charlotte Grabli et Niamba Malafi). Ils ont tous une histoire de référence avec Kinshasa. Le livre se vend à 20$, question de soutenir les actions du festival.

Bien avant la tenue de la conférence hybride prévue ce vendredi 13 janvier 2023, toujours à l’IFK, un programme bien cousu de projections cinématographiques est de mise. Des ciné-débats sur des films qui traitent les enjeux sur les sonorités de Kinshasa.

Quid de la genèse du FISOKIN !

Initié par l’artiste et entrepreneur culturel Niamba Malafi, Le Festival International des Sonorités de Kinshasa, autrement dit le Salon des Bruits de Kinshasa, est un évènement culturel à la fois scientifique et festif, qui contribue à la dépollution sonore par des actions artistiques et encourage la préservation des sons moins signifiants à travers des formations, création et prestations artistiques, apprend-on des organisateurs.

Pour clôturer les activités du FISOKIN en douceur, un grand concert est annoncé ce samedi 14 janvier 2023, sur les planches de la grande halle de la Gombe, avec comme artistes Handy Muzika, Claudia Bakisa, Kratos, P.James, Suitement, Bayakanda, Orchestre de chambre de l’INA et Jupiter et Okwess International.

Masand Mafuta

Autres infos

Commenter

UA-51986614-1