Accueil 1 Yango biennale 2022 : l’Exposition sonore « Écouter la ville » de Niamba Malafi présentée à la plateforme contemporaine

Yango biennale 2022 : l’Exposition sonore « Écouter la ville » de Niamba Malafi présentée à la plateforme contemporaine

par Danny
0 Commentaire 236 vues

Dans le cadre des assises de la deuxième édition de Yango Biennale de Kinshasa, l’artiste pluridisciplinaire, Niamba Malafi a eu l’honneur, vendredi 15 juillet 2022, de présenter une exposition sonore intitulée « Écouter la ville », dans les installations de la Plateforme Contemporaine, dans la commune de Barumbu.

Cette exposition sonore qui est l’annexe (sous-projet) du Salon des Bruits de Kinshasa/Festival International des Sonorités de Kinshasa, se dégage des bruits et sons ou musiques photographiées dans les différents coins et recoins des villes de la RD-Congo et Nigéria (Kinshasa, Lagos avec la contribution de Dj Ihu et Jubilian et Kisangani avec la contribution de Franck Mokha).

C’est également une rencontre auditive avec une ambiance sonore urbaine, à travers des promenades sonores et un travail d’écriture. Juste le travail fait à Kinshasa qui a été présenté, pour l’édition 2022 de Yango Biennale.

« La population Kinoise en particulier et mondiale en général est de plus en plus attirée par l’écoute prolongée de musique amplifiée à partir de leur smartphone ou tablette et fréquente également des lieux musicaux où sont générés des niveaux sonores élevés (ndlr églises, bars, marchés, kermesses, terrasses, concerts, festivals…). Elle n’assoxie pas de notion de danger à l’exposition aux musiques ou bruits mais sont bien au contraire à la recherche du plaisir », a-t-il révélé.

De font en comble, il a soulevé une panoplie de problématiques auxquelles des solutions palliatives sont préconisées, afin de militer contre la nuisance sonore et sensibiliser la population face à tous les dangers pénibles qui découlent de l’exposition sonore.

Il faut retenir de ce précède qu’il invite, lors de l’exposition, chacun des participants à une écoute intime de l’ambiance sonore des différentes villes. « Les bandes sonores peuvent être reprises lors d’écoutes collectives, servant de support thérapeutique, de discussion, de débat entre professionnels et/ou grand public », a-t-il affirmé.

Depuis un temps, Niamba Malafi s’affirme comme activiste sonore, entrepreneur culturel et artiste pluridisciplinaire, en organisant ce grand débat annuel centré sur l’étude de l’environnement sonore, traçant le lien entre la santé, le droit, l’urbanisme et les différentes sonorités accompagnatrices de la vie quotidienne de la ville de Kinshasa et d’ailleurs, surtout qui semblent être moins signifiantes.

Toujours dans le même combat de contribuer à la lutte contre la nuisance sonore, la Maison Culturelle des Mwindeurs, structure initiée par Niamba Malafi, fait de cette exposition, en l’occurrence « Écouter la ville », un canal direct de l’écoute et de donner la parole à la communauté, par l’initiation du public à l’analyse des oeuvres d’arts contemporains.

Pour rappel, la 2e édition de Yango Biennale qui est placé sous le thème « Tokozela lobi te », poursuit son bonhomme de chemin, dans plusieurs lieux de la ville de Kinshasa, jusqu’au 14 août 2022.

La rédaction

Autres infos

Commenter

UA-51986614-1