Célébration de la journée internationale de la paix à Kinshasa. Actualités

En marge de la journée internationale de la paix célébrée le 21 septembre de chaque année, L’UDFA et CERCHAP ont organisé ce samedi 21 septembre 2019 une conférence sous le thème « Mwasi, un canal indispensable pour le changement et la paix durable » en la salle polyvalente de Notre Dame de Fatima à Gombe.

Sous la modération de madame Rosette Mamba après le discours d’ouverture prononcé par la Présidente de L’UDFA Rosette Mpoyo, certains participants ont livré leurs impressions sur le thème choisi de ladite conférence comme : Maxi Mondino, Assistant du coordonnateur de la direction Kinshasa Bopeto, a lancé un appel solennel à tous les Kinois de s’impliquer activement dans cette démarche pour la restauration de la paix qui permet de vivre en harmonie, aider son prochain et de changer sa mentalité sur le plan interne et externe.
De son côté, Docteur Jules a transmis le mot d’encouragement de Madame Awa Ndaye empêchée à la circonstance.
L’essentiel de son message se caractérise par le signal fort lancé à l’endroit de tous les kinois de pouvoir vivre dans la paix indestructible. Selon elle, la paix fait face à un danger, le changement climatique y compris. De cette optique, ce combat est l’affaire de tous d’où les autorités politico-administratives de la ville de Kinshasa sont appelées à prendre des mesures drastiques pour pallier cette situation.

Abordant la thématique du jour, Le pasteur Thomas Tsimba a développé un sous-thème « Mwasi, canal indispensable dans l’axe pastoral » dont l’objectif est de stimuler la femme à reconnaître ses capacités et compétences afin de pouvoir changer son monde. Eu égard à cela, la femme doit être consciente que, grâce à elle, toute une génération peut être sauvée.
Le pasteur a aussi relevé quatre instruments que la femme doit utiliser entre autres :

  • Sa présence dans la maison du fait que cette dernière est prise comme une université à laquelle la femme est censée s’investir, répondre correctement aux questions des enfants;
  • Sa parole qui doit être un vecteur d’encouragement, d’espoir, de bénédiction pour les enfants ;
  • Son amour maternel que rien ne peut remplacer car dit-on éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation;
  • Son caractère : une femme par son caractère doit être colorée par une détermination, des sacrifices. Sans la femme, il n’y a pas de paix durable car nous sommes obligés à contribuer pour une paix durable dans notre pays.

D’après Madame Bernadette Kamango, journaliste et auteure de certains livres sur la violence basée dans le milieu éducatif et sur la jeune fille, elle a parlé des enjeux environnementaux de la femme kinoise d’où elle en appelle à sa conscience en tant que responsable de la salubrité de pouvoir changer son milieu de vie afin que l’assainissement de la vie soit effectif.
Prenant la parole en dernier lieu, Madame la Présidente Rosette Mpoyo induit que la femme doit incarner son rôle en vue de faire rayonner la paix autour d’elle. En encadrant ses enfants, elle peut les instruire à la culture de la paix.

Maman Nsimba, participante à ladite conférence, a émis ses vœux aux organisateurs pour la bon déroulement de cette assise et envisage que de nombreuses femmes y puissent participer aux prochaines éditions. De ce fait, les organisateurs doivent sensibiliser plus de femmes de sorte que leur participation soit active et effective.
En somme, L’UDFA fait appel à toutes les femmes de pouvoir s’impliquer face à ces enjeux environnementaux de poser des actions pour apporter un changement dans notre pays car la paix doit être une et indivisible.

Huguette Matondo/Culture Congo

Partager cet article
error0
Célébration de la journée internationale de la paix à Kinshasa.
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)
Banner Ads Post

Laisser un commentaire