Accueil Artistes Patsheli Kahambo Kitenge

Patsheli Kahambo Kitenge

par Danny
1 Commentaire

KAHAMBO KITENGE Patsheli, est né à Kinshasa en 1990. Il y vit et travaille entant qu’artiste visuel, détenteur d’un diplôme d’Etat(Baccalauréat) en peinture, à l’Institut des Beaux-arts de Kinshasa en 2010. De même, il est gradué en art plastique, option peinture depuis 2013 à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa.
Membre actif du collectif « M’pongo », une association de jeunes, ayant pour objectif majeur la promotion des pratiques artistiques contemporaines ; aussi de transcender, par la vision artistique, les bourrasques de la société mondiale actuelle.

Kahambo exécute un travail dont l’exploitation thématique se base sur « la connaissance de soi ». Ne voulant pas se limiter aux normes académiques, il utilise de la peinture acrylique qu’il mélange avec d’autres substances pour obtenir de la mousse qui, du reste, une fois sur ses tableaux se laissent diriger par la brosse et pinceau, composant dans l’ensemble la morphologie humaine dans un univers contextualisé…
A travers cette écriture picturale, il ausculte son temps. L’époque contemporaine et ses enjeux. La vie durant cette dernière est prise pour un terrain de jeu dangereux, doté de tous risques où les protagonistes se disputent la part du lion. Inspiré et intrigué par la manie de l’homme actuel, où certaines personnes ne sont que des pions sur l’échiquier, il s’est mis, à travers des allégories, à caricaturer les actions de celui-ci.
Ses sujets- assis, accroupis, ou couchés- font partie de pièces du jeu. Tous les occupants de cette scène jouent leurs rôles ; des entités détentrices de bâtons, à celles de carottes. Petits et grands y sont représentés avec chacun son rôle dans la société. Le dévouement et l’énergie dépensée durant la partie d’un jeu, cadencés par un esprit de compétition poussant le joueur au bord de la moralité et de l’éthique, ferments de la tricherie et du mensonge, rime avec la vie de tous les jours. Il parle aussi de l’obsession du jeu où les uns parviennent, même, à parier leurs biens le plus précieux. Ce goût, ou ce plaisir inassouvi qui anime les obsédés afin d’être attirés et d’être accros au jeu, est ici décrit analogiquement.

A travers la symbolique des jeux de Dés, d’Echecs, de dames, etc. Qui plus est orientée vers l’argent, on voit de quoi il s’agit, profondément, dans ces compositions artistiques. Il s’agit du pouvoir de l’argent. Un règne où : le verre, le rat, et le stéthoscope nous donnent des indices. La société de consommation par l’entremise du récurent verre ; celle des envies, du regard vers la poche et la marmite de l’autre ; de l’argent facile, du vol ou de l’escroquerie et de l’usurpation, ici, représentés par les rats.
Avec la nouvelle décennie,- de deux-milles seize à deux-milles vingt-six ; celle de la peinture de « l’exergue », où les sujets de tableaux sont dégagés et majoritairement esseulés, respirant dans un univers chromatique très esthétisant, moins émotive et plus référentiel ; tendance des aplats avec le corps humain, quasi-entièrement exploité dans tous ses mouvements, expressions et positions- l’art visuel en RD Congo, compte à son actif cet artiste ; comme ses congénères de la même tendance calquant, dores et déjà, ses petits pas de l’entame.

Jean Kamba
Poète et critique d’art


Etudes faites
Gradué en art plastique, option peinture à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa en 2013
Diplômé d’Etat en art plastique option : Peinture à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa en 2010
Expériences professionnelles
•2015 : Exposition collective au Trust Merchant Bank, « courant d’art »
•2015 : Exposition collective à la galerie de l’Institut français de Kinshasa, « D’une rive à l’autre »regroupant des artistes de Brazzaville et Kinshasa ;
•2014 : Exposition collective « Au jardin des Lilas », dans le off de la « Yango Biennale » ; première biennale d’art contemporain de Kinshasa ;
•2013 : Exposition-restitution collective dans le cadre de « Master art II » au « Kin art studio projet » à Kinshasa ;
• 2012 : Exposition collective sur « la drépanocytose » au Trust Merchant Bank, (TMB) à Kinshasa ;
• 2012 : Exposition collective chez « polydor » Kinshasa ;
• 2012 : Participation au workshop sur la critique d’art animé par Eddy Devolder de l’académie d’été de Belgique à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa ;
• 2011 : Exposition collective du ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et de la Recherche Scientifique (ESURS), à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa ;
• 2011 : Exposition collective chez « polydor » à Kinshasa ;
Prix et récompenses
• 2012 : 4ieme place au concours « slam et peinture » plume consciente à Kinshasa ;
• 2011 : Sixième place au concours sur la violence faite à la femme organisé par l’ambassade des USA, à Kinshasa ;
• 2010 : Lauréat du prix du dessin « libre et ensemble » à Kinshasa.

Autres infos

1 Commentaire

prince jilleron 10 juillet 2016 - 12 h 29 min

L’artiste de la famille

Répondre

Commenter

UA-51986614-1