Le roman « Convergences inattendues » de Mathieu Junior Weteto wa Djemba porté sur les fonts baptismaux Actualités, Littérature

Le samedi 18 février 2017, le centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa a accueilli la cérémonie de la présentation du roman de Mathieu Junior Weteto wa Djemba, édité par Medias Paul de Kinshasa porté sur les fonts baptismaux par Son Excellence, Mr Sylvain Maurice Masheke, Ministre de la culture et des arts de la RDC.

Le ministre dans ces mots de circonstance a promis un soutient moral, matériel et aussi financier à l’auteur et à son roman et à aussi interpellé les écrivains à avoir une place et donner une place à la littérature dans notre pays.

Il est aussi à noter que ce roman de 200 pages dont le décor se situe dans la ville de Tubize, où l’auteur aborde plusieurs thématique qui permettent de comprendre le goût de voyage à risque qui occupe une place dans la jeunesse africaine, vient pas seulement à enrichir les bibliothèques mais aussi aura à faire son entrer dans le programme de cours de 5è et 6è des humanités.

Le doyen de la faculté de philosophie de l’Université catholique au Congo (UCC),  Professeur Célestin Dimandja Eluy’a Kondo, par sa présence, il a toute fois félicité et remercié l’auteur pour son roman.

Richard Ali, Directeur de la bibliothèque du Centre Wallonie-Bruxelles et président de l’Association des jeunes écrivains congolais a félicité l’auteur aussi et encouragé l’auteur du roman « Convergences inattendues » pour son oeuvre ensuite a affirmé la disponibilité du Centre Wallonie-Bruxelles d’accueillir les différentes activités littéraires et la disponibilité de la bibliothèque à toute personne avec des prix hors concurrence.

Le roman « Convergences inattendues » de Mathieu Junior Weteto wa Djemba porté sur les fonts baptismaux
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)
Banner Ads Post

Commentaire récent

  1. Mathieu Weteto wa Djemba

    La publication de ce roman prouve que les écrivains congolais sont encore fertiles. La littérature congolaise n’est pas morte. Des Congolais savent encore écrire. L’engouement et la bousculade des invités, ce jour-là au Centre Wallonie-Bruxelles prouvent d’autre part que le Congolais achète encore le livre et aiment encore lire. Merci à l’auteur de cet article.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :