Texte pour dénoncer l’esclavage des noirs en Libye Littérature

Afrique pleure

Ne me prenez pas comme du fric

Appelez-moi au grand complet l’Afrique

A la place qu’il me faut

Ma vérité vous fait dire que je manque le mot

Je suis donc l’Afrique, berceau de l’humanité

Pour vous je ne suis que du fric, obligé de vivre dans la pauvreté

Dans la mer, je pleure sans valeur

Dans mon malheur personne cherche mon bonheur

Vous prétendez être des modèles pour qu’on vous imite

Mais quand mes enfants vous approchent, vous leur mettez des limites

Que dois-je faire pour donner à mes enfants la vie qu’ils méritent ?

Pour qu’ils ne rêvent plus, qu’ils soient plus dans le mythe

Il n’y a pas un feu sans flamme

Comme vous, je suis aussi une femme

Avec vous, ma terre est incomparable

Avec vous, mes enfants restent misérables

Tout ça à cause de ma couleur noire

Qui est aussi la couleur du soir

Vous m’exploitez juste pour votre gloire

De la tête, épaule jusqu’au pieds

Quand je vous dis la vérité, vous me brandissez tous l’épée

Sophistes que vous êtes en disant que vous m’aimez

Vos cœurs ont le slogan de m’haïr

Ainsi vous envoyez les malfaiteurs pour m’envahir

Leur discours est de me construire

Mais vous avez tous le projet de me détruire

Dans votre plan, vous cherchez à me vider

Que je reste un gigantesque trou qu’on n’aura pas d’idée

Après vous diriez à mes enfants qui sont chez vous de rentrer dans leur terre

Et que moi Afrique, jétais malade maintenant guérie, vous êtes mes docteurs

Quand mes enfants plaideront, vous leur contraindrez de se taire

Que dois-je faire, que dois-je faire

de plus naturelle pour me débarrasser de cette affaire

Pourtant entre-vous les gens de la même couleur, règne l’amour propre

Mais avec moi l’Afrique, c’est l’amour sombre

On est tous comme cinq écrits mais vous voulez tous les quatre m’effacer sur le tableau

Vous pensez avec mépris que je suis ennuyant avec ma peau

Voilà pourquoi vos pillages font de ma terre un abattoir

Les sangs de mes enfants coulent juste pour votre vouloir

Alerte, alerte ! Je fais le bruit du couloir

Sans espoir

Même ceux qui se disent de droit de l’homme ont tous mis des casques à l’oreilles

Avec orgueil vous croyez qu’on est des hommes mais on ne sera jamais pareilles.

Citation: Quand tu vis sans tenir compte des vies, tu dévies

                              Emedo ntumba
Le pensologue

Texte pour dénoncer l’esclavage des noirs en Libye

Emedo Ntumba Sole

Texte pour dénoncer l’esclavage des noirs en Libye
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)
Banner Ads Post

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :