Accueil 1 LITTERATURE: « Ntela-Ntete, l’amour d’un temps », Un poème d’Alexis KANT

LITTERATURE: « Ntela-Ntete, l’amour d’un temps », Un poème d’Alexis KANT

par Danny
1 Commentaire 356 vues

L’auteur raconte : Dans la vie, tout nous arrive, la montée comme la descente, la chaleur comme le froid, la joie comme la tristesse, Rien n’est éternel, parlant meme de l’amour. Cet amour est l’amour pour un art, pour un domaine de prédilection, pour une personne, pour une circonstance, cet amour, quoi que construisant des châteaux en Espagne, il n’est pas éternel.. Ntela-Ntete, ce poème, illustre cela et rappelle à ne pas croire que c’était fini, il y a une route cachée après chaque terminus.

LISEZ

Je ne sais plus quel sens donner à mes sentiments,
Oui, je me rends compte que l’on s’est menti à plusieurs instants.
Je ne sais plus quelle place jadis tu occupais,
Vu que sans t’epouser, à mes parents je t’avais déjà présenté.

Ntela-Ntete,
Je suis assis sur mon tabouret,
Parfois je souris parfois je pleure
Au rappel de nos moments les plus heureux,
Je ne me lasse pas, mon temps je l’ai bien capitalisé.

Ces temps inoubliables de fous rires,
Ce temps où notre amour nous gardait loin du pire,
Je te revois maintenant en réel,
Ne t’en fait pas ce n’est qu’idée virtuelle.

À dire que rien n’est éternel dans tous les cas,
Je ne pouvais croire quand on nous disait, « Mutaachanaka »,
Et nous voilà aujourd’hui face à notre devenir,
Ne portant plus en nous que bons et mauvais souvenirs;

Ntela-Ntete, femme qui empoisonne,
À chaque fois que mon alarme sonne,
Il me ramène directement dans ce monde là,
Celui duquel j’étais prisonnier pas las
Celui duquel loin de nous se trouvaient les embarras
Hélas, aujourd’hui nous n’avons plus qu’à croiser nos doigts..

Ntela-Ntete, dame qui ravage les coeurs,
Où que tu sois je te souhaite tous les meilleurs,
Ne t’en fais pas, mon actuel nom c’est bienheureux,
Je crois que tu le sais déjà, j’ai croisé enfin mon homonyme heureux..

Alexis KANT
Plume Optimiste

Autres infos

1 Commentaire

Charles 5 avril 2022 - 22 h 44 min

Un beau texte !

Répondre

Commenter

UA-51986614-1